Des méthodes d’apprentissage du tennis mondial pour une colonie de vacance sportive tennis idéale

Stage de tennis et apprentissage : des méthodes pédagogiques variées, une colonie de vacance sportive riche

Le tennis, comme beaucoup d’autres sports, a vu ses méthodes d’enseignements évoluer à travers le temps. Cet article n’a pas pour but de défendre une méthode plus qu’une autre, mais plutôt de faire un bilan sur une évolution des pratiques et d’approcher les manières de jouer par pays avec leurs particularités.

Chaque pays a aussi sa culture et ses méthodes de formation tennistique, qui peuvent être très différentes. La surface de prédilection d’un pays influe aussi, ainsi que l’évolution du matériel. Des nations avec peu d’habitants ont fait de grand champion, d’autres après une grande domination sont sur le déclin, des pays non représentés il y 30 ans dominent aujourd’hui le circuit…

L’évolution pédagogique du tennis en France

En France, jusqu’au début des années 1980, l’enseignement du tennis était basé principalement sur une démarche analytique, le « geste à blanc » étant alors très utilisé dans les écoles de tennis. Le tennis était encore réservé à une catégorie de la population, les joueurs jouaient le plus souvent en blanc, dans la tradition.

Le tennis comme l’école s’est ensuite tourné vers une pédagogie plus globale, basée sur le jeu, la découverte, le volume, les zones et objectifs tactiques, en bref, sur l’aspect pratique et moins sur l’aspect purement technique.

Si le système scolaire est progressivement revenu sur un mixte globale et analytique, le tennis est toujours resté sur une démarche globale. Bien évidemment, si la démarche d’apprentissage du tennis reste la même, chaque enseignant a son histoire et sa sensibilité pédagogique par rapport à ses convictions, son histoire, etc.

Si nous n’avons pas en France de très grand champion de tennis comme Federer, Nadal ou Ferrer, le tennis hexagonal a toujours eu un grand nombre de joueurs présents à haut niveau dans les classements. Actuellement, la France compte 12 joueurs de tennis classés dans les 100 premiers joueurs mondiaux.

La spécificité espagnole : des joueurs de tennis ultra disciplinés

Le tennis espagnol, surtout depuis le début des années 1990, a fourni un grand nombre de champions du sport à raquette. Quand la France attend malheureuse, depuis la dernière victoire de Yannick Noah en 1983, l’Espagne envoie en parallèle un grand nombre de champions remporter le tournoi de Roland Garros, souvenons-nous des victorieux Ferrero, Moya, Bruguera, et bien-sûr Raphael Nadal.

L’Espagne a une fédération moins étendue que la FFT, ce sont souvent les enfants de familles aisées qui jouent au tennis. Ce sont les familles qui financent les projets et les joueurs ont la réputation d’être extrêmement travailleurs et durs à l’effort, avec une grosse culture du travail. Pourtant, malgré un faible volume de licenciés de tennis, les résultats sont là.

Leur pédagogie est basée sur un gros volume de jeu et de répétition, une énorme force de travail, le tout sur leur surface de prédilection : la terre battue. Nous avons constaté que les joueurs espagnols sont devenus plus complets, moins défensifs que leurs ainés et capables aussi de prendre le jeu à leur compte, avec plus de variété.

Les Etats-Unis et la chute des années 2000

Les USA ont connu des années tennis dorées, qui se sont arrêtées à la fin des « années Sampras, Agassi et Chang ». Le début des années 2000 a marqué un tournant, entérinant ainsi le début du déclin américain sur le tennis professionnel mondial. Des joueurs sont sortis comme Isner, mais nettement moins de grands champions.

Le coach légendaire, emblématique est Nick Bollettieri, avec son Academy, une véritable usine à champion. Les sœurs Williams, André Agassi et beaucoup d’autres grands champions sont issus de sa fameuse école de tennis, notamment Mary Pierce côté français.

Les pays d’Europe de l’Est et l’émergence du tennis

Il suffit de regarder le classement WTA afin de constater l’émergence de très nombreuses joueuses de très haut niveau. Comme en Espagne, ce sont souvent des projets privés qui se mettent en place afin d’amener les joueurs et joueuses au plus haut niveau. Il y a trente ans, peu de joueurs de l’Est étaient au plus haut niveau, aujourd’hui le phénomène est contraire.

On constate un tennis globalement plus complet, des joueurs très travailleurs et déterminés en lien avec les projets privés pour les amener au plus haut niveau. Les joueuses de l’Est dominent le circuit de tennis professionnel féminin.

Le tennis Australien, le déclin dès les années 80

Les années 1960-70 furent des années fastes, dominées par le tennis Australien avec les légendaires Rod Laver, Ken Rosewall, mais aussi Roy Emerson. Par la suite, le tennis australien a vu émerger des joueurs de très haut niveau, mais avec une domination différente de celle des années passées. Patrick Rafter, Mark Philippoussis, Wally Masur, le charismatique Pat Cash, tous ont su prendre la relève en gagnant des grands chelems (Rafter), jusqu’à nos jours avec Bernard Tomic et Nick Kyrgios. L’école australienne a souvent produit des joueurs avec un tennis très offensif, basé sur la conquête du filet. Aujourd’hui, les meilleurs Australiens montent moins au filet mais ont un jeu de fond de court résolument tourné vers l’offensif.

Les pays asiatiques, années 2010 le tournant tennistique

Il suffit de prendre le classement ATP d’il y a une vingtaine d’année, il n’y avait pratiquement aucun joueur représentant les pays d’Asie. Au fur et à mesure, nous avons vu apparaître des joueurs asiatiques, tant chez les femmes que chez les hommes avec en tête d’affiche Kei Nishikori. Souvent de petits gabarits, ces joueurs de tennis ont su s’adapter techniquement en étant très complet, avec un physique très dynamique et très explosif.

Les pays du Maghreb, en retrait mais présent

On se souvient du talentueux Younes El Aynaoui, Karim Alami, Hicham Arazi… Avec aujourd’hui Lamine Ouahab, Mehdi Tahiri, le Maroc a régulièrement des joueurs de haut niveau. Quand on voit la démographie des pays du Maghreb, le potentiel futur est énorme.

Ce sont souvent des joueurs complets techniquement, instinctifs, avec un jeu en toucher et création. Il n’y a pas vraiment de marque de fabrique pédagogique, comme en Espagne avec « les terriens », ou en Australie avec les grands attaquants, mais les joueurs Marocains pratiquent un tennis fin avec une très bonne main.

Quand l’Inde s’éveillera…

Avec un milliard et demi d’habitants et une population jeune, l’avenir peut appartenir l’Inde. Le niveau de vie étant aujourd’hui difficile, il est compliqué pour l’instant de faire du tennis une priorité et un projet. Il y a eu Vijay Amritaj et Ramanathan Krishnan, puis ensuite Malesh Bhupathi et le grand joueur de double Leander Paes. Un peu comme pour le Maroc, les Indiens sont souvent des joueurs fins qui jouent en toucher et très adroit. L’organisation tennistique étant difficile dans ce pays, ce sont principalement des projets personnels qui ont pu permettre l’émergence de ces joueurs. Si l’Inde parvient économiquement à se développer et avoir les capacités de mettre des structures en place, ce pays peut devenir l’avenir du tennis mondial.

La Suède et son exception Edberg…

Petit pays par le nombre de ses habitants avec 10 millions, la Suède a fourni au tennis mondial de très grands champions, au regard de sa population. L’éclosion se fait dans les années 1970, avec la révélation d’un des plus grands champions de tous les temps Bjorn Borg, mais aussi Wilander, Sundström, Gunnarsson, Järryd, Nyström. L’école suédoise a produit le même type de joueur, de fond de court très solide avec un revers à deux mains… Cependant une exception vient confirmer la règle : Stefan Edberg !

Vient ensuite la génération des Björkman, Enqvist, Johansson… et puis le grand vide aujourd’hui !! De 18 joueurs dans les tableaux du grand chelem dans les années 90, le tennis Suédois s’est effondré, avec pratiquement plus de joueurs de premier plan.

Cependant, qu’une petite nation ait pu produire autant de champion reste exceptionnel !

Que dire de la Suisse et le tennis…

Avec seulement 8 millions d’habitants, la Suisse a produit de grands champions et ce depuis longtemps. Mettons de côté l’extraterrestre Roger Federer, le numéro 2 est Stanislas Wawrinka…mais il y a aussi Marco Chiudinelli et d’autres jeunes très prometteurs…

Ce phénomène d’un tennis suisse de premier plan n’est pas nouveau, ce petit pays en nombre d’habitants a toujours eu des champions, rappelons-nous de Marc Rosset, Jakob Hlasek, George Bastl… Le prototype du joueur de tennis suisse est grand, complet et puissant. Chez les femmes, la densité est plus faible, cependant avec Martina Hingis et aujourd’hui Belinda Bencic le tennis suisse est capable de faire éclore des joueuses de très haut niveau.

Le miracle du tennis à l’Italienne…

L’Italie a souvent produit des joueurs de premier plan, mais parfois fantasques, originaux et de caractère. Aujourd’hui, nous avons le numéro 1 italien Fabio Fognini, accompagné du sérieux et régulier Andreas Seppi. Rappelons-nous également du talentueux et fantasque Diego Nargiso avec son fantastique service. Le tennis italien a toujours fourni de grands joueurs, quelles que soient les générations, Barrazzutti, Panatta, Bertolucci… Le joueur italien est souvent talentueux dans la création, certains peuvent développer un jeu moins talentueux mais tout aussi rusé. Leur style est varié comme les joueurs français.

Avec une population démographiquement vieillissante, il faut voir prochainement si le tennis italien parviendra à maintenir cette régularité dans la formation de jeunes joueurs de tennis…

En résumé pour sa colo sportive…

On voit que chaque nation possède ses styles et ses méthodes de travail, des années fastes américaines basées sur le quantitatif de Nick Bollettieri, au tennis suédois avec ses métronomes du fond de court à deux mains, chaque nation a sa propre vision du sport de raquette. Dans nos stages tennis de ASSOSTT, nous essayons de vous apporter le volume de jeu et le qualitatif technique, côté pratique en permettant de participer à un maximum de tournois de tennis afin d’améliorer votre classement et aussi de travailler sur votre attitude en match.

Vous souhaitez en savoir plus sur nos colonies sportives et stage de tennis ? Vous pouvez nous contacter depuis la page contact si vous souhaitez échanger avec le directeur sportif sur le contenu de votre colonie de vacances sportives.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *